02/12/2011

Breivik... Terroriste ou psychopathe?

Un article très intéressant publié sur Le Temps

web_breivik--469x239.JPG «Le tireur paranoïaque... donc pas responsable», titre, incrédule, Le Dauphiné libéré. «En Norvège, c'est la stupeur», est bien obligé de constater Le Nouvel Observateur: Anders Behring Breivik pourrait ne «pas être condamné à une peine de prison. Le 22 juillet, ce Norvégien de 32 ans a fait exploser une bombe dans le quartier des ministères à Oslo, tuant huit personnes, avant de se rendre sur l'île d'Utoeya, où il en a assassiné 69 autres et blessé une centaine. Or, selon les deux experts qui l'ont rencontré à treize reprises depuis cet été, Breivik était en «état de psychose» au moment des faits.» Il ne pourra donc être jugé «pénalement responsable» lors du procès qui débutera le 16 avril 2012. Leur rapport doit encore être validé par une commission médico-légale.

Plus précisément, interrogé par le quotidien Verdens Gang, «l'un des deux psychiatres, Torgeir Husby, assure qu'il n'a «jamais douté» des conclusions. Le procureur Stein Holden, qui a présenté le contenu du rapport de 243 pages, lors d'une conférence de presse à Oslo [mardi - voir la vidéo de l'AFP], a d'ailleurs souligné que le rapport ne révélait «aucune expression de doute ou de désaccord, ni dans les fondements des conclusions ni dans les conclusions elles-mêmes» entre les deux experts.»

Mais d'ores et déjà, «le débat en Norvège fait rage», explique La Vie. «Peut-on être considéré comme instable psychologiquement en planifiant des meurtres pendant des années et avec une telle minutie?» est une question qui revient en boucle dans les médias. Les familles des victimes sont sollicitées et elles expriment le choc devant un système juridique jugé clément à l'égard d'un assassin impitoyable. La polémique sur l'idéologie de Breivik a également été relancée. Issu de l'extrême droite, nationaliste, anti-immigré et anti-musulman, le Norvégien partage de nombreux idéaux avec d'autres personnes jugées responsables au sein de formations politiques extrémistes en Scandinavie.»

Alors, «n'est-on pas en train de ménager cette idéologie d'extrême droite en considérant que Breivik est seulement fou?» demandent de nombreux éditorialistes dans la presse en Norvège et en Suède. Toujours dans le Verdens Gang, l'éditorialiste Anders Giæver écrit: «Pouvons-nous supporter l'idée que le responsable des actes terroristes du 22 juillet doive être traité comme un patient et non comme un criminel? Paradoxalement, les conclusions des psychiatres pourraient avoir l'effet de la pire punition pour le terroriste lui-même. Le fait que sa mégalomanie et son projet grandiose sont considérés comme des fantasmes psychotiques que seuls les médecins peuvent traiter n'est pas destiné à réconforter son ego maladif.»

 

07:30 Publié dans Terrorisme | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : savoir | |  Facebook | | | | | | Palestine |  del.icio.us

Commentaires

Ce que la justice Norvégienne énonce est assez intéressant : certains terroristes seraient des cinglés et on pourrait même se demander si la majorité des terroristes et ceux qui les soutiennent ne seraient pas des cinglés au vu des revendications exprimées de ci de là.Reste à voir en combien d’années un cinglé présumé comme Breivik pourrait redevenir un être normal, en attendant, on en a pas fini avec tous les breivik qui courent dans la nature.

Écrit par : pasfou! | 02/12/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 07 h (Europe/Paris).